• Aucun produit mis en avant à l'heure actuelle.

Coteaux des ânesses, histoire

Le Domaine de la Sabatière est né en 2011 de la rencontre de deux personnes, Jean BAUDARD et Philippe BINETRUY. Le premier passionné de vin, le deuxième passionné des ânes.

A la recherche de terres pour héberger ses ânesses, Philippe trouve 10 hectares de terrains sur la commune de St Hilaire d’Ozilhan dans le Gard. Ces terres contiennent 6 ha de vignes en Appellation d’Origine Protégée « Côtes du Rhône Village», et 4 ha de garrigue, idéale pour nourrir ses ânesses.

Les vignes plantées par l’ancien maire du village entre 1950 et 1980 sont relativement belles malgré quelques manques et surtout assez complète : Grenache, Syrah, Carignan et Cinsault.

Elles bénéficient d’une exposition exceptionnelle Nord-Sud sur les coteaux de la commune, juste en face du Pont du Gard. Ce sont les terres les plus occidentales de l’appellation Côtes du Rhône.

Si les terres sont idéales pour les ânesses, que faire des vignes ?

Jean souhaiterait investir dans des vignes pour pouvoir produire son vin. 

Le hasard fait se rencontrer ces deux personnes, le courant passe immédiatement et ils décident d’investir ensemble dans cette aventure.

Philippe vient de vendre ces vergers d’arbres fruitiers et se sent capable d’entretenir la vigne, il faut trouver une personne capable de vinifier la récolte. Un accord est trouvé avec la cave coopérative du village. Les raisins seront vinifiés indépendamment par les deux œnologues de la cave.

Dès 2012, ils produisent leur première cuvée, Modestine Rouge et Modestine Rosé. Un très beau succès qualitatif et commercial. Ils décident de prendre en fermage deux hectares de raisins blancs pour élargir leur gamme. Ils trouvent une parcelle avec Grenache blanc, Viognier, Roussane et Marsanne.

2014 voit la confirmation de leurs bons choix avec trois vins à nouveau très appréciés : Un Côtes du Rhône rouge « Sabatine », un Côtes du Rhône rosé « Modestine » et un Côtes du Rhône Blanc « Séraphine ».

Les vins ont été baptisés à partir de Modestine, l’ânesse de Roger Louis Stevenson lorsqu’il a traversé les Cévennes à pieds à la fin du 19ème siècle. Philippe venant des Cévennes et plus précisément de St Jean du Gard, arrivée de ce périple, il leur semblait logique que ce prénom soit leur emblème.

Les terres cultivées conventionnellement jusqu’alors sont désormais en conversion biologique. 

2014 a été aussi l’année d’une restructuration des vignes avec un arrachage des plus vieilles vignes et une plantation plus importante de Syrah (afin que l’appellation CDR Village soit possible, les 20% nécessaire n’était pas atteint) et de Viognier.

Le Domaine peut se visiter (sur rendez vous) toute l’année.